Agriculture naturelle

 
Accueil
L'association
Nature Kulture 971
Le Jardin extraBIOrdinaire
Les ateliers
L'exposition itinérante
Archives des Journées
Plants et semences
Agriculture naturelle
Contact
Articles de presse
Plantes médicinales
Le Blog

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nature Kulture Guadeloupe
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
Consoude
La consoude,
un purin revitalisant

Plus sur la plante
 
Pulpe de Calebasse
Fourmis manioc sur
pulpe de Calebasse

Agrandir

    Une agriculture naturelle
sans pesticides, ni engrais chimiques    
En Guadeloupe, de nombreuses terres agricoles sont polluées pour plusieurs dizaines d’années. L’agriculture intensive est dépendante des engrais chimiques et des pesticides de toute sorte : herbicides, fongicides, nématicides...
Il est possible de cultiver sans tous ces produits toxiques, d’autant plus toxiques quand ils sont mal utilisés (dosage, période de traitement...). Des méthodes beaucoup plus douces existent, comme l’agriculture biologique, l’agroécologie, la biodynamie, l’agriculture naturelle... qui respectent le vivant : sol, faune, flore, cours d’eau... pour retrouver une harmonie avec notre environnement et garantir un avenir plus sain pour chacun.
pour préserver la biodiversité    
Fruits et légumes Igname Fleur d'aneth

    Quelques chiffres :
Chaque année, 15 000 tonnes d’engrais chimiques sont importés en Guadeloupe. 6 500 hectares de terres agricoles potentiellement contaminées par le chlordécone. 300 tonnes de matières plastiques utilisées chaque année en agriculture intensive (banane et melon)
source : séminaire agro-écologie tropicale, 11/2009, Bouillante
 
Il est temps de changer ce mode d’agriculture trop polluant, pour retrouver un environnement plus sain, une eau vraiment potable, des fruits et des légumes ayant du goût, et une nature vivante !
Champignon Plante Nature

    Pour un jardin fertile
Quelques conseils de base à mettre en pratique dans votre jardin, pour redonner la vie et la fertilité au sol.
Favoriser la vie biologique du sol    
En changeant notre regard sur le sol, on fait déjà un premier pas important. Le sol est peuplé de bactéries, champignons, vers, insectes... qui vont être très gravement perturbés par les pesticides et engrais chimiques. La terre ne doit plus être considérée comme un simple support de plantation. Pour pouvoir nourrir les plantes, il faut que le sol retrouve sa fertilité. Grâce à la biomasse importante dont nous disposons en zone tropicale, il est facile de faire du compost (en respectant l'équilibre azote/carbone). Le compost étant vivant, il faut surveiller son évolution, en l'aérant de temps en temps, en le retournant, et en surveillant le taux d'humidité (ni trop sec, ni trop humide). Une fois le compost mur, il faudra l'incorper à la surface du sol sans l'enfouir trop profondément. Un labour trop profond perturbe également la vie biologique et la structure du sol.
Des plantes pour soigner votre jardin    
En zone tropicale, chaude et humide, maladies et insectes prolifèrent. Il existe des plantes pour traiter les insectes ravageurs comme le Neem ou Vépélé (Azadirachta indica). Les graines de cet arbre, séchées et broyées, permettent de traiter de nombreux insectes sans nuire aux auxiliaires et pollinisateurs. La Consoude (Symphytum officinale) permet de réaliser un purin revitalisant et fertilisant (un kilo de feuilles vertes hachées dans 10 litres d'eau de pluie), brasser de temps en temps. L'odeur qui se dégage est désagréable mais normale. Quand il n'y a plus de bulles et que les végétaux sont au fond de l'eau, filtrer et diluer 1 litre avec 10 litres d'eau de pluie). Bien brasser, puis arroser les plantes gourmandes comme les tomates, gombos, aubergines...
De nombreuses autres plantes peuvent permettre de fabriquer vos purins (entièrement biodégradables). Les plantes aromatiques (menthe, sauge, basilic, gros thym, absinthe, sureau) permettent aussi d'élaborer des préparations pour protéger les cultures des insectes ravageurs. N'hésitez pas à expérimenter de nouvelles plantes, les extraits végétaux obtenus respectent l'environnement et l'équilibre du sol, contrairement aux pesticides.
Pour lutter contre les fourmis manioc (Acromyrmex octospnosus), vous pouvez disposer près de leur passage, de la pulpe de calebasse (Crescente cujete) fermentée deux jours (voir photo). Les fourmis en raffolent et emportent des fragments de pulpe, qui perturbe apparement le champignon qu'elles cultivent. Ce n'est pas une recette miracle, mais ça fonctionne assez bien.
Les engrais verts    
Par leur capacité à fixer l'azote du sol, les légumineuses (Pois d'angole, boucoussou, pois sabre, pois tendre...) sont précieuses pour la bonne santé du jardin. Elles permettent de couvrir le sol entre deux cultures et d'améliorer sa fertilité.
Quelques pratiques à respecter pour ne pas épuiser la terre    
La rotation des cultures (pas de mono culture, mais de la diversité biologique, comme dans le jardin créole).
Association de plantes : exemple de la Tomate avec tagètes (nématicides) et basilic.
 
Il faudrait consacrer un site Internet entier à la fertilité du sol et aux moyens biologiques pour maintenir la fertilité des sols. Ce n'est pas notre intention, il existe de nombreux sites et de livres consacrés à l'agriculture biologique, bio-dynamique, au compost, aux associations favorables de plantes... Si vous avez pris le temps de lire ce texte, et que vous désirez en savoir plus, n'hésitez pas à nous contacter ou à participer à nos ateliers.

Chimik Awa